Il semble que l'option "Javascript" de votre navigateur soit désactivée.
Le site dip-architecture.com a besoin de cette option pour fonctionner correctement.
Nous vous invitons à l'activer dans les paramètres de votre navigateur.
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter,
ARCHITECTURE CONTEMPORAINE
Virgile DISSE - Architecte D.P.L.G.
La maison moderne : maison contemporaine vue par l’architecte designer.

La maison moderne

L’architecte designer et la maison moderne

L’architecte designer conçoit ses projets à l’aune de la modernité et des outils qu’elle propose, tant en terme de technique que de qualité de matériaux innovants. la maison moderne est donc avant tout confortable, et le plus possible écologique et économique.

La composition spatiale de la maison moderne est l’objet d’une attention toute particulière de la part de l’architecte designer. Dans son approche, celui-ci ne dissocie pas maison, parcelle et territoire et s’évertue à rassembler les liens essentiels unifiant l’œuvre. Il ne s’agit pas de se cantonner à une étude spécifique du projet de maison moderne en faisant abstraction du contexte géographique l’environnant (que ce soit le plus proche ou le plus lointain). Ainsi, des renvois fréquents de l’un à l’autre sont nécessaires à l’architecte pour une parfaite analyse des choses durant son étude.

La compréhension des réciprocités mettant en tension la maison et son site est une première approche essentielle avant toute autre approche du coeur du projet. Mais de même que le fidèle, dont l’étude du temple ne permettra pas de comprendre l’étendue du mystère divin, l’architecte designer ne peut prétendre à ce niveau de son analyse avoir cerné la totalité du problème en s’étant uniquement attardé à une seule de ses parties.

L’étude de la maison moderne qu’il étudie et conçoit va lui permettre une compréhension plus poussée des différents enjeux. Seule une vue d’ensemble des éléments analysés du projet (territoire / parcelle / maison moderne / pièce / détail) permet de trouver les clés du projet. Cela paraît sans doute être une évidence pour toute analyse architecturale, et pourtant, on sent très bien ici l’importance que peut avoir cela quand on s’intéresse à la conception d’une maison moderne.

Réflexions sur la maison moderne

La réflexion de l’architecte dans son étude de la maison moderne voulue par ses clients est portée par une idée claire : au sein de son architecture, il n’y a pas d’idées privées de formes comme de formes privées d’idées ; idées et formes sont l’expression du mouvant, de ce qui se développe dans l’espace, et forme un ensemble logique et organique.

Au sujet de ce langage des formes, et pour continuer donc plus avant sur la réflexion qu’a l’architecte designer dans son travail, on peut ajouter ici que sa démarche n’est en aucun cas au service d’une quelconque allégorie ou symbolique. Si chaque forme renvoie à une idée précise, elle ne le fait pas en ayant recours à un symbole. Ce point semble très important pour cadrer au mieux ce que veut être l’architecture de Virgile Disse et ce qu’il veut transmettre. Il est d’autre part primordial de bien comprendre cela, afin de sentir la portée que peut avoir le principe de métamorphose des formes, non contraint par un symbole froid et figé, mais tout au contraire intermédiaire vivant entre le concept, l’idée architecturale et la réalité bâtie.

Sans rapports directs dans la forme, le travail de l’architecte designer sur la maison moderne peut être mis en parallèle avec ce que, dans le fond, voulait être le cubisme synthétique et analytique. Celui-ci (que l’on nous permette de regrouper ces deux sortes de cubisme, car notre mise en parallèle se nourrira aisément de plusieurs traits que l’on trouve soit chez l’un, soit chez l’autre) visait à exprimer en une seule représentation les différentes faces d’un même objet. Cela remettait en question la notion d’espace-temps, du simple fait que, à partir du moment où le spectateur a à l’esprit l’objet dont il est question, il peut assimiler la synthèse des points de vue opérée en une seule perception. Plus besoin, par conséquent, de tourner autour de l’objet (que ce soit par le moyen de la troisième dimension ou par une série de représentations en deux dimensions), puisque le tableau cubiste, à prétention quelque peu scientifique, soumet à celui qui regarde une vue impossible de la réalité, mais une vue « véritable » dans le sens où, faisant appel à différents concepts dont le spectateur doit avoir la connaissance pour comprendre, il rend l’unité de l’objet possible par le biais de l’intellect.

Le mouvement cubiste et la démarche organique sur laquelle s’appuie la réflexion de l’architecte designer se rapprochent par l’expression de la métamorphose des formes développant l’idée des phases successives par lesquelles passe une forme pour rendre compte de la vie d’une idée. Le cubisme ne cherche pas à soumettre un quelconque aspect « vivant » à ses sujets d’étude, mais il rend compte de la cohésion, de l’unicité d’un objet en fonction de l’espace et du temps. En cela, il représente un intérêt de comparaison, puisque, même si la démarche est très différente (voire opposée), le but recherché est la description d’une seule chose : la substance profonde de l’objet pour le cubisme (même si cette substance semble n’être que matérielle, c’est-à-dire qu’elle ne fait que donner des points d’appuis afin d’identifier l’objet sous toutes ses coutures) et l’essence d’une idée précise mais pas pour autant figée pour l’architecte concevant les plans de la maison moderne sur laquelle il oeuvre (la succession de formes, nous l’aurons compris, dicte une métamorphose donnant à voir la réalité d’une idée, ce par quoi elle peut être représentée).

Donc, c’est avant tout l’expression de l’idée dans l’espace-temps qui réunit les deux démarches : cela dit, ils n’ont rien en commun de près ou de loin dans les buts qu’ils poursuivent. Ainsi, cette longue parenthèse mettant en parallèle cubisme et architecture organique propre à la réflexion appliquée par l’architecte à ses projets de maisons modernes a été faite afin de cerner toujours un peu mieux ce mode de conception des formes.

Bureau de Paris
36, Boulevard de Sébastopol
75004 PARIS
Bureau de Saint-Paul
02, rue de l'Esplan
26130 ST-PAUL-3-CHÂTEAUX
contact
04 75 96 60 91
06 22 86 90 84